Follow us on social

TAGS

Le Chant du Loup : torpille sur le cinéma français

  /  Culture   /  Le Chant du Loup : torpille sur le cinéma français

Le Chant du Loup : torpille sur le cinéma français

Antoine Baudry signe son premier film après avoir co-scénarisé l’adaptation de sa BD Quai D’Orsay. Et quel premier film risqué ! Pour un budget de 20 millions d’euros, Le Chant Du Loup est un film d’action suffoquant et prenant du début jusqu’à la fin.

 

Un film de sous-marin à la française

 

Côte syrienne. Le Titane, sous-marin de la marine française, attend de pouvoir récupérer une unité spéciale de l’armée. « L’oreille d’or » ou le jeune Chanteraide (François Civil) entend un autre navire, il est le seul à pouvoir l’entendre. Chanteraide fait alors une erreur qui s’ensuivra par un bras de fer nucléaire suffoquant.

Le film, proche du huit-clos, se déroule dans des espaces confinés remplis de radars et d’écrans. Reda Kateb, Omar Sy et François Civil se parlent dans un langage codé : « Torpille en 1-2-3 ! J’adopte ! ». Spectateur, on se sent un peu perdu mais on se prend au jeu de la bataille navale. En se concentrant sur le rôle de l’oreille d’or, le film réalise un suspens insoutenable. Le travail du son est irréprochable. Nous nous surprenons à faire attention à ce qu’on écoute : on attend, on se concentre, on stresse au moindre son qu’émet le sonar du sous-marin jusqu’au dénouement final.

Le Chant Du Loup est loin d’être une glorification de l’armée à l’instar des américains. Ici, Antoine Baudry s’est concentré sur ses personnages. Reda Kateb brille dans le rôle du commandant froid. Omar Sy, en pirate des mers, est attachant et joue sur son charisme bien connu. Un petit bémol pour Kassovitz qui frôle la caricature. Ici, les hommes ne sont pas des Rambo : ils ont peur, ils commettent des fautes tout en restant des héros. On note, cependant, des jeux d’acteurs mal encadrés. Ils récitent leurs dialogues sans émettre aucune émotion.

Américains, prenez-en de la graine ! Les français sont capables de réaliser des films hollywoodiens. Antoine Baudry a réalisé son film avec de vrais sous-marins. Cette décision ajoute du spectacle et du réalisme, notamment dans la scène où Le Titane remonte à la surface. Les plans larges sur le port de Brest, sous l’eau ou encore sur la mer sont audacieux et spectaculaires.

 

 

Un pari risqué

 

Antoine Baudry a réalisé un exploit en France. Proposer un film d’action de cette ampleur n’est quasiment jamais arrivé malgré les productions d’EuropaCorp, qui a fermé ses portes en décembre 2018. Pascal Laugier (Ghostland, Martyrs) est l’une des premières victimes de la peur de l’industrie du cinéma français à se lancer dans le cinéma de genre. Aucun de ses films n’a été produit par un français. Les Césars, eux aussi, boudent les films de genre : Grave, de Julia Ducourneau, a été snobé lors de la cérémonie de 2018. La France a la chair de poule lorsqu’on lui demande de réaliser des films de divertissement autre que des comédies.

En proposant Le Chant Du Loup aux producteurs français, le pari était risqué. Antoine Baudry, en utilisant ses talents de diplomate, a su convaincre Jérôme Seydoux, immense fortune de la production française. Pourtant le film peine-t-il à remplir ses salles derrière la comédie Qu’est-ce qu’on a encore fait au bon dieu ? Pour sa sixième semaine, il se retrouve à la 10e place du box office français. Il a attiré 1 394 951 spectateurs depuis sa sortie. La comédie française, sans surprise, sans profondeur, restera-t-elle toujours à la première place ? Il est temps de changer les choses. Aujourd’hui, n’hésitez plus à aller voir Le Chant Du Loup, vous resterez collé à votre siège, vous retiendrez votre souffle face à un thriller réussi.

 

Pour cette deuxième séance, la rédaction d’Alt attribue 4 pop corn pour le travail d’Antoine Baudry qui nous a laissé bouche bée.


Retrouvez notre première séance sur Le Grand Bain.

Imprimer
À Propos

Exploratrice de l’univers et résidente à plein temps des salles de cinéma, elle aime raconter des histoires. Son combat : la liberté. “La route ? Là ou on va, on n’a pas besoin de route.” – Retour vers le futur

flavie.lambert@altmagazine.fr

Commentaires

You don't have permission to register